Trophée double UNCL 2010

Le site du trophée double 2010 de l'UNCL
Résultats du trophée double UNCL 2010external link : L'équipage de Galatée 7éme

CeltiKup 7 au 15 août 2010

Galatée 2 éme de 6 voiliers Classement général IRCexternal link

Prologue à Lorient le samedi 7 août
Petit parcours devant Lorient que Galatée remporte

Lorient-Douarnenez Dimanche 8 août 14h30 - Lundi 9 août 8h40'33" - 80 Mille
Galatée 1er
Vent du 230°-240° 10 à 12 n régulier jusque devant Loctudy à 18h30 puis devenant faible et variable avant de tourner au Nord jusqu'au Raz de Sein. Ensuite en milieu de nuit le vent s'écroule en baie de Douranenez et ne reprend que de façon cahotique.
La ligne est favorable à bâbord et nous prenons un bon départ et la tête et envoyons immédiatement au près bâbord qui est le bord rapprochant voir direct. Avant la pointe de Trévignon nous avons perdu de vue les autres concurrents qui ont sont sous le vent et derrière. Seul l'autre A35 « Didgeri two » est plus au vent et au large après avoir tiré un bord tribord amure. Les prévisions étant une rotation au nord du vent vers 18h nous choisissons de poursuivre en bâbord en baie de Concarneau et jusqu'à l'approche de Loctudy. Mais le vent faiblissant nous incite à nous recentrer vers le large en envoyant tribord avant que la bascule ne soit bien marquée. D'autres indicateurs marquent une situation qui peut devenir sans vent, comme le très bel effet de mirage sur toute la baie avec une extension spectaculaire des reliefs lointains. Le A35 « Didgeri two » revient par le sud des Moutons et alors qu'à l'ouest des Moutons nous avons un vent faible et un cisaillement vertical avec un vent en haut du mat à plusieurs dizaines de degrés du vent en surface. Le vent finit par par s'orienter au 330° et permet une route directe sur Penmarc'h alors que « Didgeri Two » n'est plus très loin. La prévision étant une rotation au Nord pour la nuit, nous renvoyons vers la droite à 22h une fois PenMarc'h passé et alors que la nuit tombe. Dés que Par le travers de la pointe de la torche, le vent commence à se caler au Nord, nous repartons tribord amure pour une route directe vers le Raz de Sein. Nous décrochons à ce moment « Didgeri Two » qui s'enfonce trop loin hors cadre dans la baie d'Audierne et surement avec un vent plus faible. A 1h20 nous abordons le Raz de Sein avec le courant favorable de flot. Au lieu de rester dans la veine de courant qui porte au Nord, nous virons bâbord amure vers la boueé de Basse Jaune à l'entrée de la baie de Douarnenez. C'est une erreur que feront heureusement également nos poursuivants dont «Didgeri two ». En effet, au nord de la baie des Trépassés le vent chute rapidement et le contre courant qui porte vers le Sud est beaucoup plus fort que sur les documents. C'est avec peine, à 1,5n de vitesse sur le fond que nous passons entre la pointe du Van et la bouée de Basse Jaune. Le vent reprend un peu, nous tentons de faire route sous Code 5 mais sans grande réussite, le vent refuse et la drisse se coince dans le réa en tête de mat . Ce qui vaut une première ascension à Catherine en pleine nuit pour afaler. Ensuite c'est elle qui tient la barre jusqu'au lever du jour un peu avant 6h, dans un vent quasi nul, nous n'avons alors depuis le Raz de Sein parcouru que 10 mille en 4h . On lance le spi de tête après une nouvelle ascension du mat par Catherine pour vérifier que tout est clair. C'est alors qu'on aperçoit une voile qui nous rattrape, après un moment d'inquiétude on s'aperçoit que c'est « Didger two » qui a abandonné après avoir mis le moteur pour ne pas aller sur la roche de la Basse Jaune. Le vent qui s'est orienté sud ouest atteint péniblement les 5n et notre vitesse ne dépasse jamais 3n. Pour finir le vent devient variable d'Est et nous franchissons au près la ligne d'arrivée alors que Douarnenez émerge de la brume. Aucun des autres concurrents n'est parvenu à franchir le raz après nous, ils attendront la prochaine renverse, mais auront du vent pour arriver sur Douarnenez. Le premier derrière nous, le X332 « Nautilux » est à plus de trois heures en temps réel.
Temps d'arrivée à Douarnenezexternal link

Douarnenez-Falmouth Mardi 10 août 10h06-mercredi 11août 4h19'32''- 138 Mille - Vitesse moyenne 7,4n
Galatée 1er
Vent d'abord 210° 15-18n puis tourne W avec des rafales à 25n en début d'après midi puis Nord Nord Ouest en fin d'après-midi. A la tombée du jour le vent retourne Ouest toujours autour 16n puis devient variable en force et direction à l'approche de l'arrivée.
Nous sommes très déçus de voir que l'autre A35 de la course, « Didgeri two » ne prend pas le départ. Nous devrons courir loin devant sans repère de vitesse et de positionnement et sans voir d'autre concurrents.
La ligne de départ est perpendiculaire à la route vers le cap de la Chèvre qui est du 300°; L'extrémité gauche à la bouée est donc au vent, nous hésitons pour une approche bâbord avec une route directe sur le cap de la Chèvre. Mais la ligne étant franchissable en tribord, nous nous présentons tribord amure à la bouée et envoyons bâbord dès la ligne franchie. Nous sommes sur un débridé à 70° et au vent du JPK Palnatoki, seul voilier bien parti. Au cap de la Chèvre que nous passons de très près, une heure plus tard nous avons de l'ordre de deux minutes d'avance sur Palnatoki.
Nous poursuivons sur un largue à 90°/100° du vent sur une route directe au 320° sur la pointe Saint Mathieu à 13 mille, la roche du Bouc puis la tourelle de la Parquette sont laissés à bâbord. Le vent toujours autour de 16-18n est trop fort pour lancer le spi. Dans le chenal du Four à 13h, le courant est favorable, au 320° - 330° nous lançons le spi de capelage à 120° du vent, mais rapidement le mousqueton de drisse s'ouvre. Le spi est récupéré sans problème. Une nouvelle ascension du mat en mer est nécessaire pour récupérer la drisse de spi de capelage en tête de mat. La visibilité est tombée avec une pluie fine, nous ne voyons plus les autres concurrents. Pendant cette manœuvre nous faisons une route plus près du vent, entre le chenal du Four et celui de la Helle à l'ouest de la basse Luronne. La projection de Maxsea incite à le faire puisque dans l'après midi le vent va tourner Nord/Nord Ouest et qu'en loffant on anticipe ce refus.
Une fois le problème de drisse réglé à la sortie du Four, le spi de capelage est relancé avec d'abord un vent de 15n à 120 qui permet la route directe sur Falmouth. Le vent forcit avec des rafales certainement dues aux accélérations des vagues à 25n et un courant vers l'ouest, après quelques départs au lof et une route 20° sous la route directe, le spi est affalé à 17h. Cependant, nous allions vite sous spi et l'opération a été bonne, nous revenons ensuite sur une route plus ouest et au vent de la route directe.
La visibilité reste très réduite, brume et crachin avec le beau spectacle d'un cargo surgissant de la brume sur le rail descendant. Ensuite le vent refuse brutalement au 340° à 19h et jusqu'à la tombée de la nuit alors que le temps s'éclaircit. Vers 21h le vent retourne au Nord Ouest permettant à nouveau une route directe sur Falmouth au près dans 15n de vent . Nous devons alors lancer le moteur pour recharger les batteries mais nous avons peu de fuel dans le réservoir et il refuse de fonctionner à la gite. Nous devons alors naviguer à peu de gite et à vitesse réduite pendant l'heure que va durer la recharge. Ceci sera pénalisant , d'autant qu'avec le vent adonnant jusqu'à 270° et le courant qui porte maintenant à l'Ouest, il faut abattre à 60°-70° à l'approche du cap Lizard. Les 10 derniers milles se font dans un vent qui tombe à 8n, tantôt portant , tantôt au largue serré. La ligne d'arrivée n'est pas facile à trouver dans la nuit car la bouée d'arrivée à l'Est de la tourelle de Black Rock est marquée cardinale Est sur nos documents alors que nous découvrons une bouée latérale. Le comité de course que nous avons appelé à 15 mille de l'arrivée est sur un Zodiac qui arrive tout juste. Ensuite il nous faut trouver dans la nuit une place au port de Pendennis juste dans l'Ouest du port de commerce et militaire. L'accès au port est encombré de bateaux au mouillage, le port est en plein travaux d'extension et n'a plus rien à voir avec ce que présentent les documents, et enfin le port est saturé de bateaux du fait de régates locales.
Enseignements : Au plan tactique, quand le vent a adonné à la tombée de la nuit, il aurait été préférable de laisser porter en dessous de la route avec une meilleure vitesse qu'au près et avec moins la nécessité d'abattre pour compenser le courant sur la fin du parcours. Enfin, au près pour recharger les batteries il faut garder le réservoir à moitié plein.

Classement IRC Manche Douarnenez-Falmouthexternal link

Falmouth-Lorient Vendredi 13 août 11h06 – Samedi 14 août 18h09 - 196 Mille - Vitesse moyenne 6,3n

Galatée 4éme
Vent de Nord Nord Ouest du départ à 12h le lendemain d'abord 15n puis 20n avec quelques risées au delà de 25n puis mollissant à l'approche de la côte française. Ensuite le vent est variable et parfois nul d'Ouest dominant.
La ligne de départ est entre la tourelle de Black Rock et un mat sur la pointe de Pendinnis. Nous choisissons de partir sous le vent au plus près de la tourelle.
Au sud du cap Lizard, la flotte s'étale, nous sommes les plus à l'Est sur la route directe avec le X335 « Nautilux » et X370 « Axiome » qui lui court en HN, les autres voiliers font une route plus loin de la route directe vers l'Ouest.
Catherine barre jusque vers 17h, mais il est difficile pour Jean-louis de dormir, car le bateau part dans des surfs à 12n poussé sur une trajectoire instable par une mer assez formée. Pourtant à aucun moment on ne partira au lof ou à l'abattée. A la fin d'après-midi nous ne voyons plus nos poursuivants, à travers les bribes d'échanges VHF nous devinons avoir fait une route plus directe et sous le vent que le reste de la flotte en profitant des surfs pour descendre sous le vent.
Vers 21h nous prenons la décision de passer par le chenal du Four et le Raz de Sein. Il est certain que nous aurons un fort courant contraire au Raz de Sein mais les prévisions de Maxsea ne font gagner qu'une demi heure en passant par le large de Ouessant et de Sein, avec la prise de risque d'un éloignement de la route directe alors que le vent est prévu faiblir le lendemain et que la mer rriquue d'être dure dans la nuit vent contre courant entre Ouessant et la Chaussée de Sein.
La latitude du phare du Four est atteinte à 23h20 et nous empannons tribord amure pour atteindre le chenal du Four un peu au Nord de la bouée de la Valbelle. Après plusieurs empannages (sous spi toujours) nous sortons du Four à la pointe Saint Mathieu à 1h30 avec la fin du courant favorable de jusant mais aussi avec un vent devenu inférieur à 10n et une vitesse sur le fond décevante à 5n . Catherine va dormir alors que le vent est un peu revenu mais il tourne Nord et nous oblige à un empannage à 3h30 dans une mer désordonnée au Nord de Thévennec, puis à un autre dans l'Ouest de la pointe du Van où nous profitons d'une accalmie de la mer. Jusqu'au Nord de la tourelle de la Plate, la vitesse sur le fond reste bonne, ensuite il nous faudra une demi heure de progression à 2N sur le fond contre le courant pour franchir le Raz de Sein. Par le travers de la Plate, la mer vent contre courant est blanche, et c'est un moment à la fois beau et impressionnant que de maintenir le bateau en ligne sous spi dans ces conditions. A 4h26 c'est un nouvel empannage pour une route en bâbord amure vers la pointe de Penmarc'h, Catherine a repris barre et n'ira dormir qu'après un empannage au Nord Ouest de la pointe de Pen Mach alors que le vent autour de 10n a repris un peu d'ouest.
La pointe de Penmarc'h est franchie à 8h15 le samedi 14 août, nous avons alors plus de 2h d'avance sur les premiers de nos poursuivants, le Bavaria 35 «  Petit Prince » et le X37 « Axiome », « Petit Prince » est également passé par le Four et le Raz de Sein. Nous avons ce moment toute l'avance nécessaire pour être en tête. Mais les choses se gâtent ensuite, à partir de 9h30 alors que nous sommes au Sud de la tourelle d'Ar Guisty, le vent diminue autour de 7N. Il s'annulera plusieurs fois dans l'après-midi en bandes perpendiculaires à la côte impossibles à franchir. Nous mettrons ainsi plus de 8h30 pour les derniers 35 mille jusqu'à Lorient. Alors que les voiliers deriière nous et particulièrement ceux qui sont les plus en retard, bénéficient du vent de Sud Ouest soutenu. Ainsi le JPK 960 « Hydogem » nous rattrape et nous double à l'approche de la pointe du Talut. On le rejoint sous spi et en affalant au bon moment à l' Est de la pointe du Talut alors que le vent monte momentanément de Nord. Nous terminons à la bouée rouge A4 où le parcours a été raccourci, l'arrivée étant prévue initialement dans la passe de la citadelle et 20 minutes devant « Hydrogem ». Il aurait du terminer quelques minutes derrière nous et ainsi nous sauver la première place de la Celtikup au général en mettant le X332 « Nautilux » à la troisième place de la manche.
Enseignements : L'option de passer par le Chenal du Four et le raz de Sein n'était pas pénalisante et présentait moins de risques qu'une route au large. Cependant, la chute du vent dans le chenal du Four, prévisible (côte à droite du vent) a été plus forte que l'on pouvait s'y attendre. Compte tenu de l'imprécision sur la connaissance de l'avance prise au passage de la pointe de Penmarc'h il est difficile de savoir si les autres actions, comme une descente sous le vent dans les vagues ont été payantes. Le passage du Raz de sein aurait pu être mieux négocié en s'avançant franchement dans la baie des trépassés, mais de nuit il n'était pas évident de manœuvrer ainsi au plus juste et avec le risque d'un problème avec le spi dans la mer formée.
Classement IRC Manche Falmouth-Lorientexternal link

Article du Télégramme sur les résultatsexternal link
Photos Galatée et son équipage external link

Le site de la Celtikup 2010external link
Avis de course 2010external link

Les 100 mille et une nuit 12 juin 11h05 au 13 juin 2010 7h28

Galatée 5éme
35 voiliers étaient au départ et seuls 8 sont arrivés. . Voir les résultats
Vent de Nord tournant au 330°-340° 12 à 18n jusqu'à la tombée de la nuit puis faiblissant 7 à 10n en tournant Nord Est en seconde partie de nuit, au matin le vent devient variable de Sud Est en arrivant sur Saint Malo.
La ligne de départ est à l'Est du Grand bey et de la roches aux Anglais. La première marque était la bouée SE des Minquiers à laisser à bâbord. Nous prenons un bon départ par rapport au reste de la flotte, mais un peu en retrait de la ligne. Après deux petits bords pour sortir des chenaux près de la bouée de Sainte Servantine, nous prenons l'option de la gauche vers le large en tribord amure. Une rotation à gauche est annoncée et le courant de marée descendante portant Ouest fort au large devrait accentuer la rotation du vent à l'Ouest. La rotation est significative de 30° , mais nous sommes allés trop loin et nous devons faire une route 10° plus abattue que le près pour laisser à bâbord la bouée de SE Minquiers. Nous sommes dans le groupe de tête avec les voiliers ayant choisi une option à gauche mais les A35 "Amehasle" et "Agence directe 3,9%", qui ne sont pas sortis du cadre, ont pris une nette avance.

La Barquera samedi 8 au samedi 15 mai 2010

Galatée 4éme de 8 voiliers en double.
Deux courses de 265 mille chacune Pornichet - Gijon et Gijon - Pornichet
Cette course en handicap IRC a vu la participation de 8 équipages en double et 24 enéquipage.
Galatée termine 4éme du classement double avec une belle première place dans la première manche et de la peine dans la seconde manche qui s'est courue par vent souvent très faible : Le classement généralexternal link
Première manche Pornichet/Gijon, après 42h35 de course, Galatée est troisième au scratchexternal link et premier double : L'annonce de l'arrivée à Gijonexternal link
Deuxième manche Gijon/Pornichet Arrivées scratch à Pornichetexternal link, près de 59h de course pour Galatée et 3 nuits en mer.

Les voiliers étaient équipés de balises qui ont permis de suivre la course en temps réel sur le site de la Barquera et qui permettent une très intéressante analyse des trajectoires. les liens ci dessous permettent d'y accéder, on peut sélectionner la trace des bateaux en cochant ou décochant leur nom dans la fenêtre gauche sous l'option "Dernières positions".
Traces de la première manche Pornichet-Gijonexternal link
Traces de la seconde manche Gijon-Pornichetexternal link


Avis de courseexternal link
Site de La Barquera 2010external link

Les courses auxquelles Galatée n'a pas participé

Pornic Baiona Pornic 24 juillet au 7 août

18 concurrents en double pour cette course ou participaient également des équipages et des solitaires.
Le niveau était relevé avec Le JPK 960 "Cavok" de Patrick et Anne Farcy et L'A35 "Teamwinds" de Antoine Croyère.
Le blog de la courseexternal link
Les résultats en doubleexternal link
o